Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2015

Entretien de Thomas Joly pour le blog "Le Rouge et le Noir"

thomas-joly-e66b0.jpg

 

Thomas Joly est secrétaire général du Parti de la France et candidat aux élections départementales dans l’Oise dans le canton de Beauvais 2. Il a bien voulu répondre aux questions du Rouge & Le Noir.

R&N : Vous privilégiez une « organisation décentralisée, locale et régionale et l’enracinement électoral » ; ce qui a conduit le Parti de la France (PDF) à ne présenter ses candidats que dans un nombre restreint et ciblé de cantons. Comment ce choix s’est-il opéré ? Combien de candidats présentez-vous ?

Thomas Joly : En effet, le Parti de la France ne fait pas de ces élections départementales une priorité. La réforme territoriale créant des conseils départementaux et divisant par deux le nombre de cantons – tout en maintenant le même nombre d’élus – n’est comprise par personne et n’intéresse pas les Français. Nous avons toutefois décidé de tester quelques candidatures dans des cantons spécifiques où il semble possible de tirer notre épingle du jeu.

Le Parti de la France présente ainsi les candidats suivants :

  • Thomas Joly et Monique Thierry – Beauvais 2 – Oise
  • Monique Delevallet et Kévin Reche – Calais 2 – Pas-de-Calais
  • Katy Basseux et Dominique Slabolepszy – Marly – Nord
  • Pierre Deplanque et Dolorès Thomas – La Couronne – Charente
  • Dominique Chalard et Jean-Claude Perdreau – Pont-du-Château – Puy-de-Dôme
  • Patricia Goutay et Dominique Morel – Brassac-les-mines – Puy-de-Dôme

Et le Parti de la France soutient les candidats suivants :

  • Jean-Christophe Fiaschi et Valeria Vecchio – Draguignan – Var
  • Magali Martinez et Thierry Vermeille – Sorgues – Vaucluse
  • Christophe Chagnon et Marie-France Veyret – Échirolles – Isère

R&N : Vous êtes vous-même candidat sur le canton de Beauvais 2 avec Monique Thierry. Comment comptez-vous défendre les valeurs du PDF à l’échelle départementale ? Quelles sont les domaines de compétences qui relèvent des départements et sur lesquels il est possible d’influer ?

Thomas Joly : Outre le fait que nos candidatures servent de tribune politique pour le programme de reconquête nationale du Parti de la France, il est tout à fait possible d’appliquer le patriotisme social, par exemple, à l’échelle départementale. Nous prônons l’exclusivité nationale pour l’attribution des aides sociales (distribuées par le département) ainsi que pour les logements sociaux qui doivent bénéficier, selon nous, uniquement aux Français. Autre exemple : en matière de sécurité, nous nous engageons à aider les communes qui souhaitent s’équiper de matériel de vidéo-surveillance ou armer leur police municipale.

Nous avons choisi de nous présenter dans le canton de Beauvais 2, avec Monique Thierry (Conseillère municipale de Beauvais et Conseillère communautaire) pour nous opposer à l’UMPS mais aussi à la candidature de Sébastien Chenu qui portera les couleurs du Rassemblement Rose Marine. Symbole effrayant de la mutation du néo-FN, ce militant gay (co-fondateur de l’association GayLib, organisateur de l’Europride à Marseille en 2013) est une véritable girouette politique, islamo-compatible et européiste.

R&N Vous incarnez une « droite nationale des valeurs ». Comment exister à coté du Front National dans un pays où toute l’attention médiatique se porte sur les gros partis politiques, en laissant peu de place aux formations plus modestes ?

Thomas Joly : Il est clair que le casting républicain est médiatiquement et électoralement verrouillé afin que les marionnettes du Système, trop heureuses de se partager mandats et prébendes, maintiennent un semblant d’illusion démocratique pour les Français. Il est évident que tous ces gens n’ont aucun intérêt à ce qu’émerge une nouvelle force de droite nationale prônant la décolonisation migratoire, la désislamisation ou encore l’arrêt de la dissolution des mœurs. Nous sommes les parias de la classe politique française. Néanmoins, il n’est pas question d’abandonner le terrain électoral à tous ces imposteurs qui trompent les Français. Nous devons demeurer un recours et une structure d’accueil pour les plus lucides. Les choses peuvent vite basculer en politique, l’Histoire nous l’a montré. A nous de nous tenir prêts et de savoir saisir notre chance quand elle se présentera. Les événements nous donnent hélas raison. Nos compatriotes n’auront bientôt plus d’autre choix que de collaborer avec les responsables de la destruction de la France et de ses valeurs de civilisation ou bien de rejoindre les véritables défenseurs de la France française. A force de se renier, de s’aplatir avec zèle devant les diktats des lobbies de la pensée unique, le Front National de Marine Le Pen n’est plus ce pôle anti-Système qu’il a pu incarner autrefois.

R&N La gauche invoque à tout bout de champs les « valeurs de la république » et reprend en ce moment cette expression jusqu’à l’overdose. Mais y a-t-il vraiment des valeurs de la république ? Si oui, quelles sont-elles réellement ?

Thomas Joly : En effet, quelles sont-elles ? L’immigration-invasion ? Le socialisme ? Le mondialisme ? L’athéisme ? L’avortement ? Le fiscalisme ? L’islamophilie ? Le laxisme judicaire ? La falsification de l’Histoire ? La laïcité ? Le mariage homosexuel ? J’aimerais que l’on m’explique en quoi les prétendues « valeurs de la République » ont jusqu’alors protégé la France de quoi que ce soit et la protégeront des défis que nous devrons relever avec les autres peuples européens au cours du XXIe siècle. De Mélenchon à Marine Le Pen, ils se revendiquent tous des « valeurs de la République », pratiquant une surenchère sémantique digne des loges les plus hystériques. Au Parti de la France, nous ne souscrivons pas à cette vision maçonnique de la Nation française.

R&N Le monde de la culture est profondément ancré à gauche. La droite nationale peut-elle seulement gagner la véritable bataille politique, et non uniquement la bataille électorale si le pouvoir culturel lui échappe entièrement ? Comment reprendre le contrôle de cette sphère culturelle et médiatique dans laquelle la droite dans son ensemble est généralement absente ?

Thomas Joly : Le milieu dit « culturel » est gangréné par la gauche parce que celle-ci se l’est octroyé comme une chasse gardée grâce au copinage et au clientélisme, l’arrosant de subventions avec l’argent des Français. Seulement, tous ces gens se sont tellement éloignés du beau, du bien, du vrai qu’ils se sont déconnectés du pays réel. Leur art n’est pas destiné au peuple français mais à une pseudo-élite qui s’autocongratule au sein de son propre microcosme. En guise de culture populaire, les Français subissent un matraquage idéologique à base d’antiracisme, de repentance, de culpabilisation, de métissage, de pornographie, d’homosexualisme, d’antichristianisme, etc.

Il suffira de couper les vivres à ces pseudo-artistes pour qu’ils retournent se terrer dans les égouts dont ils n’auraient jamais du sortir. En cas de basculement politique, le milieu culturel actuel sera balayé comme toutes les émanations de ce Système vermoulu qui s’écroulera dans son ensemble.

Néanmoins, en attendant ce jour béni, il est absolument nécessaire de proposer et de soutenir toutes les initiatives s’opposant à la culture d’État et s’inspirant des valeurs de la France éternelle.

R&N L’Islam est désormais fortement implanté en France. Est-il possible de revenir en arrière, ou sa présence et sa croissance sur notre sol sont-elles désormais inéluctables ?

Thomas Joly : La France n’a jamais été, n’est pas et ne sera jamais une terre d’Islam, contrairement à ce que nos gouvernants lèche-babouches voudraient faire gober au peuple français. Si le problème de l’islamisation de notre pays se pose aujourd’hui c’est parce qu’elle est la conséquence parfaitement prévisible de l’immigration extra-européenne ininterrompue depuis maintenant plus de 30 ans. A la colonisation de peuplement s’ajoutent une colonisation culturelle et religieuse symbolisée par un Islam conquérant et revendicatif.

Et ce n’est pas en brandissant le bouclier en carton de la laïcité républicaine ou bien en faisant croire qu’il peut y avoir un Islam de France, que notre Nation pourra se défendre face à des immigrés afro-maghrébins - en pleine expansion démographique - qui considèrent notre pays comme une terre à conquérir où la Charia doit être appliquée. Car c’est de cela qu’il s’agit. Le Coran est un programme politique qui ne prévoit que la mort ou la dhimmitude pour les infidèles.

Face à la colonisation migratoire et à l’islamisation de notre pays, il faut opposer le droit du peuple français à rester lui-même et revendiquer l’âme chrétienne de la France. C’est sur ces valeurs que devront être menées la reconquête nationale, l’inversion massive des flux migratoires extra-européens et la renaissance de la fierté nationale. Alors les mosquées se videront, les quartiers abandonnés aux étrangers seront rendus aux Français qui, souhaitons-le, retrouveront la foi et l’espérance.

R&N D’autres formations politiques souhaitent réduire le nombre d’avortements en France, mais aucune, y compris le Front National, ne propose de revenir sur la loi Veil. Quelles sont vos convictions sur ce sujet ? Comment mettre fin à ce génocide invisible ?

Thomas Joly : Le Parti de la France a, depuis sa création, toujours rappelé sa volonté d’abroger les lois Veil-Aubry-Roudy et de les remplacer par une législation consacrant le droit à la vie de la conception jusqu’à la mort naturelle. Durant 40 ans, les fanatiques de l’IVG ont entrepris d’habituer les consciences à l’abominable, de changer les mots pour tromper les intelligences, d’asservir les volontés. A l’inverse, le Parti de la France s’engage à remplacer la législation sur l’avortement par une législation de protection de la mère de famille et de protection de l’enfant. Celle-ci permettrait de tourner définitivement le dos à cette véritable culture de mort au profit de l’accueil de la vie.

Source: Le Rouge et le Noir

16/03/2015

Discours de Carl Lang aux Assises de la Liberté d'Expression.

 

 

10/03/2015

Réinfo du 9 mars 2015

 

 

Au sommaire de ce treizième numéro de Réinfo : 
  
• Manuel Valls veut casser l’« apartheid social, territorial et ethnique » qui règne en France… Il n’a pas compris que la fracture n’était sociale et territoriale que parce qu’elle est ethnique… Mais pour ça, il faudrait qu’il connaisse ce pays qui lui a tant donné et qu’il n’aime pas… 
• Immigration illégale. C’est l’organisme européen en charge du contrôle des frontières, Frontex, qui le dit : l’immigration clandestine en Europe a bondit de 180% en 2014… La réalité est certainement au-dessus… 
• Racket syndical. Vous ne le saviez pas, mais depuis le 1er janvier, vous cotisez d’office pour le financement des syndicats, par un prélèvement obligatoire sur votre feuille de paie… Que vous le vouliez ou non,  vous payer le train de vie de ceux qui sont en grande partie responsables de la décadence de notre pays… 
• Russie. L’assassinat de Boris Nemtsov en dit plus long sur l’état de nos sociétés occidentales que sur la société russe. Entre délires médiatiques et leçons diplomatiques mal placées, nos sociétés devraient être plus prudentes dans leurs affirmations… 
• Géopolitique… Si je vous dis pétrole et gaz au Moyen-Orient et en Afrique, vous pensez tout de suite aux ingérences occidentales en Libye, Syrie, Irak, Soudan… Bref, partout où la liberté a été imposée à coup de bombes. Mais c’est aussi sous cet éclairage qu’il faut regarder ce qui se passe dans la bande de Gaza. 
  
• et, pour finir, les prochains rendez-vous du Parti de la France, avec Thomas Joly, secrétaire général du PDF, Roger Holeindre, président du Cercle National du Combattants et les assises pour la Liberté d’expression, organisée le dimanche 15 mars, par les associations Riposte Laïque et Résistance Républicaine.

02/03/2015

Entretien de Thomas Joly à Jeune Nation

Thomas-Joly-secr%C3%A9taire-g%C3%A9n%C3%A9ral-du-Parti-de-la-France-749x749.jpg

 

Le 22 mars 2015 se déroulera le premier tour des élections départementales en France. Jeune nation profite de cette occasion pour aller à la rencontre de Thomas Joly, candidat du Parti de la France (PDF) à Beauvais, en Picardie. L’occasion d’interroger le secrétaire général du PDF, qui nous fait l’amitié régulièrement de participer aux rencontres et manifestations de Jeune nation, sur l’actualité de son parti.

JN : Thomas Joly, bonjour. Merci tout d’abord d’avoir accepté cet entretien. Vous serez candidat pour le Parti de la France dans le 2e canton de Beauvais lors des élections départementales de mars. Les sujets d’actions politiques ne manquent pas tant la France est submergée de problèmes : quelles sont les priorités de votre programme ?

Le Parti de la France ne fait pas de ces élections départementales une priorité. La réforme territoriale créant des conseils départementaux et divisant par deux le nombre de cantons – tout en maintenant le même nombre d’élus – n’est comprise par personne et n’intéresse pas les Français. D’autant plus que les compétences de ces conseils départementaux ne sont pas encore définitivement établies. Néanmoins, étant donné que notre discours de résistance nationale n’est plus tenu par personne, il y a quelques candidatures ciblées du PDF afin de proposer une véritable alternative nationale, populaire et sociale aux Français. Nos gouvernants ont conduit notre pays au déclin, à l’immigration-colonisation, au chômage, à l’insécurité, au fiscalisme, à l’islamisation et à la dissolution des mœurs. Le changement doit donc être radical. Il faut nous débarrasser de cette classe politique d’incapables, de menteurs, d’arrivistes et de corrompus qui mènent notre pays à la ruine et au remplacement physique de notre peuple.

Pour le canton de Beauvais 2, notre slogan est très clair : « Halte à l’immigration ! Non à l’islamisation ! »

Nous ne sommes pas Charlie mais des Français en état de légitime défense.

JN : En 2011 vous aviez réalisé 3,13 % dans un canton de Beauvais qui a été redécoupé. Ce redécoupage change quelque chose pour vous ? Vous vous fixez un objectif en termes de voix ?

J’ai choisi de me présenter dans le canton de Beauvais 2 pour m’opposer à la chienlit socialiste et UMPiste mais aussi à la candidature du militant homosexualiste Sébastien Chenu qui portera les couleurs du Rassemblement Rose Marine. Il représente à lui seul la dégénérescence d’un parti politique qui naguère avait à cœur de défendre la France et les Français. Ce transfuge de l’UMP, militant inverti en faveur des parodies de mariages entre sodomites dans les mairies, incarne à la perfection ce néo-FN mariniste où l’opportunisme et l’arrivisme sont rois et où les reniements, les trahisons et la démagogie putassière tiennent lieu de doctrine.

Contrairement à ces gens avec qui nous n’avons définitivement plus rien de commun, le Parti de la France se refuse à verser dans l’électoralisme. Nos scores importent peu. L’objectif de notre participation aux élections est de diffuser au plus grand nombre notre projet de défense de nos valeurs de civilisation.

JN : En tant que secrétaire général du PDF, pouvez-vous nous en dire plus sur le nombre de candidats sous l’étiquette du PDF en France ? Y a-t-il des candidats auxquels vous apportez votre soutien ?

Le Parti de la France présente les candidats suivants :

Thomas Joly et Monique Thierry – Beauvais 2 – Oise
Monique Delevallet et Kévin Reche – Calais 2 – Pas-de-Calais
Katy Basseux et Dominique Slabolepszy – Marly – Nord
Pierre Deplanque et Dolorès Thomas – La Couronne – Charente
Dominique Chalard et Jean-Claude Perdreau – Pont-du-Château – Puy-de-Dôme
Patricia Goutay et Dominique Morel – Brassac-les-mines – Puy-de-Dôme

Le Parti de la France soutient les candidats suivants :

Jean-Christophe Fiaschi et Valeria Vecchio – Draguignan – Var
Magali Martinez et Thierry Vermeille – Sorgues – Vaucluse
Christophe Chagnon et Marie-France Veyret – Échirolles – Isère

JN : Le PDF présentera-t-il des listes aux élections régionales de décembre ?

C’est à l’étude et nous annoncerons nos éventuelles candidatures après les élections départementales.

JN : Au-delà de ces élections, où en est le PDF ? Profitez-vous des nombreuses défections constatées depuis plusieurs mois au Front national, après les affaires liées au candidat inverti à l’islam et prônant la lapidation (Maxime Buttey), aux atermoiements du FN en matière de politique migratoire avec Marion Maréchal Le Pen demandant la régularisation du clandestin et néanmoins chef des Jeunes UMP Stéphane Tiki et Marine Le Pen prônant « l’assimilation » ?

Il est évident que de plus en plus de militants sincères du Front national se sentent trahis par leurs dirigeants. Lors de chaque reniement médiatisé du néo-FN, le Parti de la France enregistre de nouveaux ralliements. De manière régulière aussi, des frontistes déçus nous rejoignent en raison de la gestion calamiteuse des fédérations où n’importe quel arriviste (souvent homosexuel et/ou membre de l’UMPS peu de temps auparavant) est préféré aux cadres et militants locaux qui labourent le terrain depuis parfois des décennies. Ils retrouvent au Parti de la France les valeurs traditionnelles de la droite nationale. Nous sommes le Front national « canal historique » ; d’ailleurs la plupart des membres fondateurs du Front national comme Roger Holeindre, Jean-Pierre Reveau ou Martine Lehideux sont aujourd’hui au Parti de la France.

JN : Attentats islamistes à travers l’Europe, agressions quotidiennes de Français, multiplication des scandales politico-financiers, nullité absolue de François Hollande : la situation nationale et internationale montre que les nationalistes ont raison. Vous qui rencontrez les Français sur le terrain, constatez-vous qu’ils sont plus réceptifs à nos idées aujourd’hui ?

En effet, les Français sont tout à fait réceptifs à un discours de droite nationale non reniée, à une politique de reconquête nationale face aux défis migratoires et civilisationnels que toutes les nations d’Europe vont connaître au XXIe siècle. Voilà pourquoi le Parti de la France et l’ensemble des organisations nationalistes anti-Système sont interdits d’accès aux médias. Voilà pourquoi la liberté d’expression n’a jamais été aussi réduite pour les nationalistes. Face à l’échec de leurs politiques irresponsables, nos gouvernants n’ont d’autre moyen, pour canaliser la légitime colère populaire à leur égard, que d’offrir aux Français une illusion démocratique avec une opposition fantoche qui fait partie intégrante du cercle ripoublicain, comme le Front de Gauche de l’ineffable Mélenchon ou bien la PME lepéniste. Tous ces gens s’entendent sur l’essentiel et ne souhaitent en aucun cas remettre en cause le Système qui les nourrit. D’où leur obsession d’annihiler toute velléité révolutionnaire chez ceux qu’ils manipulent depuis des décennies. Toutefois, tous ces gens pratiquent la fuite en avant et se heurteront tôt ou tard à l’effrayante réalité. À nous de maintenir le cap et d’être une structure d’accueil pour les plus lucides de nos compatriotes.

JN : À propos des attentats qui se sont produits le mois dernier et de « l’esprit du 11 janvier », j’imagine qu’au Parti de la France personne ne se sent « Charlie » ou « Juif ». Que pensez-vous de la récupération politique du gouvernement d’attentats qui n’ont été rendus possibles que par leurs politiques migratoires et leur aveuglement ?

Suite aux attentats islamistes je ne me sens absolument pas « Charlie », je me sens plus que jamais Français dans une France qui est chaque jour un peu plus envahie et colonisée par des populations hostiles, aux pratiques religieuses et culturelles venues d’ailleurs. Je fais clairement l’amalgame entre immigration et insécurité, entre colonisation migratoire et islamisation, entre islamisme et terrorisme. Je généralise et je stigmatise car c’est le rôle d’un homme politique. Je me contrefous du politiquement correct. Il faut rendre la France aux Français en inversant les flux migratoires extra-européens de manière rapide et massive. Il faut mettre hors d’état de nuire tous ces lobbies qui asphyxient nos défenses immunitaires. Il faut reconquérir notre Nation que nos ancêtres nous ont léguée, eux qui l’ont bâtie de leurs propres mains et qui ont sacrifié leur vie pour nous la transmettre telle qu’elle est. Si nous ne voulons pas que la France des terroirs et des clochers laisse la place à la France des banlieues et des mosquées, il faudra bien entrer en phase de résistance active, avant qu’il ne soit trop tard.

JN : Que vous inspirent les lois « antiterroristes » qui désormais permettent au gouvernement de bloquer n’importe quel site internet ?

Il semble qu’au pays de « Charlie », la liberté qu’offre Internet semble inquiéter les « élites » au même titre qu’en Corée du Nord ou à Cuba. Contrôler l’information est une obsession au sein de tous les régimes totalitaires. Quand on voit avec quelle hargne nos dirigeants tentent de nous museler, à l’arsenal juridique déployé pour persécuter les mal-pensants, on ne peut qu’être convaincus que nous sommes dans le vrai et qu’il faut persévérer avec une foi inébranlable.

JN : Un mot de fin pour nos lecteurs ?

Je félicite les rédacteurs de Jeune Nation pour leurs articles de qualité et la masse de travail abattue chaque jour. Je puise quotidiennement des articles de Jeune Nation pour alimenter mon blog (www.thomasjoly.fr). Je conseille à tous ceux qui nous lisent de soutenir toutes les initiatives de résistance nationale (en se méfiant bien sûr des supplétifs du Système) et de s’engager sans attendre que d’autres mènent le combat de libération nationale à leur place. L’avenir nous appartient ! Haut les cœurs !

(Propos recueillis par Erwin Vétois)

Source

20:08 Publié dans PDF | Lien permanent | Commentaires (0)

Journal du PDF: Réinfo du 2 mars 2015

 

 

 

Au sommaire de ce douzième numéro de Réinfo : 
  
• La loi Gayssot. Une arme élaborée par un communiste contre les Français. Une loi injuste, anticonstitutionnelle et contre-productive contre le négationsime. Il faudra l’abolir, c’est une priorité nécessaire. Affirmer le contraire, c’est se soumettre au système en devenant inutile. 
• 52e Salon de l’agriculture. Rencontre entre l’excellence française, richesse de nos terroirs et de nos identités, et ceux qui font tout pour la détruire, les politiciens… Un salon où pèsent lourds les contre-coups des sanctions contre la Russie. 
• Une manifestation du ras-le-bol fiscal et pour sauver les entreprises. La pression fiscale atteint des records en France, et ce n’est pas fini malgré les mensonges du Gouvernement Hollande/Valls. Exemples de rackets en tout genre. 
• Areva. C’est une autre forme de pression fiscale : vous payez les déficits des entreprises publiques, gérées par des politiciens afin de verser des dividendes à d’autres politiciens. 
• Chrétiens d’Orient. Qui peut encore les sauver, si ce n’est l’armée syrienne légale, commandée par Bachar-al Assad ? Combien de morts faudra-t-il à Sarkozy ou à Hollande, Fabius et consort  pour reconnaître leurs torts ? 
• et, pour finir, les prochains rendez-vous du Parti de la France, avec une interview de Dominique Morel, délégué régional du PDF pour l’Auvergne, et les nominations de nouveaux cadres du Parti de la France.

25/02/2015

Rejoignez le Parti de la France!

101991500-2.jpg

Pour adhérer au Parti de la France

bulletin_adhesion.pdf bulletin_adhesion.pdf  (268.01 Ko) (cliquez sur le texte en rouge pour télécharger le bulletin, vous n'aurez plus qu'à l'imprimer avant de le remplir et de le renvoyer, avec votre chèque à l'adresse indiquée)

Nous comptons sur votre soutien afin de poursuivre notre nécessaire combat pour la sauvegarde de notre Identité et de nos valeurs de civilisation. Le Parti de la France est la seule formation politique a mener ce combat, sans compromission ni reniement.
Mais sans ses adhérents, il n’est rien.
 
Votre adhésion peut se faire
• par chèque, à l'ordre du Parti de la France, en remplissant le bulletin d'adhésion et en envoyant le tout au siège du PDF :  6 allée des Templiers, 78 860 Saint-Nom-la-Bretèche
______________________________________________________

 

 

Pour contacter le PDF dans le Loiret:

Délégué départemental: Valéry Van Batten

Contacts: pdfloiret@gmx.fr

Téléphone: 06.44.30.63.30

10346215_576598609137588_5724221543699344598_n.jpg?oh=588edc3734c67281a46128a7802092c0&oe=55148C0A&__gda__=1427951291_8060203d809fa01aa1179c36e9311367

 

20:53 Publié dans PDF, PDF Loiret | Lien permanent | Commentaires (0)

24/02/2015

Face à Face: Interview de Carl Lang du 23 février 2015

Carl Lang réagit aux accusations mensongères et paranoïaques de Marine Le Pen

 

17/02/2015

Les profanations de cimetières catholiques ne semblent pas émouvoir nos hommes (et femmes) politiques!

Une profanation de cimetières catholiques tous les deux jours en France, personne en parle

cimeti%C3%A8re-catho.jpg

 

Moi-même je n’en revenais pas en lisant cette toute petite brève du Figaro, ainsi tous les deux jours un cimetière catholique est profané en France, dans notre pays, pas en Algérie, en Syrie, en Irak, par l’Etat Islamique, Al Qaida ou que sais-je. Non en France dans le pays considéré autrefois comme la « fille aînée de l’Eglise ». Pourtant cela n’émeut personne.

Je ne veux pas rentrer dans la sempiternelle discussion si cela avait été un cimetière juif, musulman, protestant. On ne profane pas un cimetière quel qu’il soit. Seulement force est de constater que les origines religieuses de ce pays sont bannies au profit de la culture étrangère. Nos élites nous obligent de nier ce que nous sommes, de rejeter nos valeurs, d’avoir honte de ce que nous sommes. Pourtant c’est la chrétienté qui a bâti ce pays, qui l’a forgé, qui lui a donné sa gloire. Mais de cela nos gouvernants s’en fichent, voulant l’abandonner à l’autel du mondialisme.

Ainsi, nous apprenons par le Figaro du jour « Croix renversées et souillées de symboles nazis au sanctuaire dédié à la Vierge Marie à Saint-Loup (Jura), tombes et chapelle vandalisée au cimetière d’Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), statues arrachées dans l’église Saint-Géry de Valenciennes (Nord), lustres réduits en miettes et chemin de croix incendié à Saint-Pierre de Pouan-les-Vallées (Aube), classé et datant du XIIIe siècle… »

« Selon une note de la direction générale de la gendarmerie nationale, que s’est procurée Le Figaro, pas moins de 184 dégradations de sépultures ont été recensées l’année dernière, soit à peine dix-neuf de moins qu’en 2008. »

« Dans les campagnes et en zones périurbaines, quelque 122 cimetières communaux et 34 lieux de culte catholique et 18 monuments aux morts ont été visés en 2009. »

« Pas moins de cinq violations de tombeaux, dont deux exhumations ont été à déplorer. «Les départements du Bas-Rhin (11 faits), la Somme (9 faits), l’Ille-et-Vilaine (7 faits) et enfin la Gironde, le Gard et les Vosges (6 faits) concentrent le plus grand nombre de profanations», précise le document, qui détaille ainsi une série de périodes à risques. Ainsi, les profanateurs passent plus volontiers à l’action le 30 avril qui est à la fois l’anniversaire d’Adolf Hitler et de la fondation de l’Église de Satan aux États-Unis. Des pics sont aussi observés le 31 octobre, fêtes d’Halloween et jour de l’An sataniste, mais aussi lors des dates des solstices et d’équinoxes. »

Malgré cela n’émeut aucun média, pour eux ce n’est pas grave, ce ne sont que des tombes françaises et qui plus est catholiques. Elles n’ont aucune importance, puisque n’étant pas de cette nouvelle France que nos élites mondialisées veulent promouvoir. Donc on brûle, on profane, on casse, on brise notre culture, nos monuments, nos signes religieux, nos ancêtres, notre passé dans une totale indifférence. Jusqu’au jour où le peuple de France s’éteindra de lui-même dans une totale indifférence lui aussi.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/09/22/01016-...

 

Réinfo du 16 février 2015

 

 

 

Au sommaire de ce onzième numéro de Réinfo : 
  
• Un parfum de scandale au Gouvernement Valls. Le premier ministre lui-même, et quelques-uns de ses ministres passés ou présents, sont en complète violation de la Constitution ! Xavier Kemlin, chef d’entreprise atypique qui s’est fait connaître pour ses plaintes contre les maitresses d’Hollandouille 1er est à l’origine de cette affaire, qui pourrait prendre de l’ampleur. 
• Scandale bancaire d’HSBC Suisse. Et si ceux que l’on devrait traduire en justice n’étaient pas tant ces contribuables qui fuient une pression fiscale hors de tout sens commun, mais bel et bien les politiques et ministres qui savaient, mais n’ont rien fait pour mieux cacher leurs propres détournements ? 
• Rapport annuel de la Cour des Comptes. Il est très bien fait, exhaustif, mais ne sert à rien puisque chaque année, ça recommence, et que les fraudeurs, gaspilleurs  et autres voleurs sont toujours en place. Si ce n’était pas nous qui payions au final, ce serait presque amusant comme exercice… 
• Accords de Minsk. La version russe d’il y a un an visait à protéger les populations et faire de l’Ukraine un état fédéral, indépendant, neutre et respectueux de ses minorités. L’accord signé en catastrophe par Hollandouille 1er et Angela Merkel ne vise qu’à sauver le pouvoir criminel et illégal de Porochenko. 
• et, pour finir, les prochains rendez-vous du Parti de la France, avec des interviews de Christophe Devillers qui fera le bilan de la législative partielle du Doubs, et Thomas Joly qui nous présentera les candidatures du PDF aux prochaines élections départementales.

11/02/2015

Vives tensions au Front National dans le Loiret.

718780.jpeg

 
[...]Mais il n'est pas le seul à faire acte de son refus du FN nouvelle ligne. Dans le centre, l'ancien responsable du Loiret Bernard Chauvet, qui s'est vu imposer un successeur sans son avis, a démissionné du FN avec pertes et fracas fin 2014. Selon nos informations, son remplaçant Charles de Gevigney  n'a pas eu la vie facile pour constituer ses binômes titulaires et suppléants pour les départementales, des militants qui se sentaient proches de l'ancien secrétaire départemental auraient refusé de poursuivre avec le nouveau. Selon une source bien informée, "une dizaine de militants historiques" parmi la centaine de militants actifs du FN dans le Loiret auraient même rendu leurs cartes.
 
"Il ne s'est pas facilité la vie non plus", rétorque un militant frontiste du centre du département, qui souhaite rester anonyme. "On ne le connaissait pas, il est arrivé à Montargis bille en tête, décidé à vendre la permanence [pour en louer une à Orléans, le chef-lieu du département mais où le FN est bien plus faible qu'à l'est du Loiret], il a écarté des gens qui étaient implantés sans donner de raisons valableset en plus ses soutiens au bureau départemental sont des militants de l'ouest du département qui ont tous été sur la sellette du temps de Chauvet".

Directement visés : Aurélie Beaulier, dans le Pithiverais, Arlette Fourcade, élue municipale orléanaise, ou encore Valentin Bielly, responsable FNJ du Loiret. Quant au quatrième, Christophe de Bellabre, Bernard Chauvet l'a écarté du FN pour un an, une décision entérinée par l'échelon national sur laquelle le nouveau secrétaire départemental n'est pas revenu. Toutefois les intéressés rejettent unanimement toute accusation d'avoir monté une coterie.
 
Un autre militant du FN, dans le nord-est du département, n'est pas dupe et fulmine : "le travail des militants d'Orléans et Pithiviers laisse à désirer. Nous on milite, on fait de gros scores, et ce malgré les tentatives d'obstruction diverses, mais le résultat est là : on va faire des scores importants aux cantonales dans l'est pour que ces arrivistes de l'ouest raflent les places toutes chaudes aux régionales ! " La géographie électorale lui donne raison : les deux cantons où le FN semble être en position de peser lourdement sur le second tour, voire de l'emporter, sont situés dans l'est : il s'agit de Courtenay et de Lorris. Sur ces terres rurales en proie à la déprise démographique et économique, où les habitants sont délaissés par la présence des services publics, la colère rentrée des paysans et le sentiment d'abandon se traduisent d'élection en élection par un nombre croissant de bulletins FN dans l'urne. Le FN est aussi beaucoup plus présent dans tout l'est rural du département, ainsi que dans l'agglomération de Montargis encore très marquée par l'industrie, et fief de l'ancien secrétaire départemental.
 
Quant aux régionales, elles aiguisent les appétits : le FN pourrait tout rafler dans les communes rurales du Loiret, de l'Eure-et-Loir et du Loir-et-Cher, voire de l'Indre, sur fond de crise continue, et de déclin. Sans oublier l'effet des attentats qui a rendu plus prégnante, plus tangible, la peur de voir la violence devenir plus quotidienne et plus terrible. "Les cantonales permettent de bien se placer pour les régionales. A chacun après de jouer ses réseaux. Si on est appuyé par Paris, évidemment c'est mieux", complète un élu du sud de la France, où les enjeux sont à peu près les mêmes mais les gains plus certains. [...]
 

02/02/2015

Journal du PDF: Réinfo du 26 janvier 20152 février

 

• Chômage. , Un nouveau record à mettre au crédit d’Hollandouille 1er, alors que jamais la fonction publique n’a été aussi gourmande en fonctionnaires. Et pourtant, elle n’en a pas les moyens, et va en avoir de moins en moins… Qui va payer ? Mais vous, bien sûr… 
• Valls, le moins français de nos ministres, clame ouvertement son mépris des Chrétiens. Leur communautarisme outrancier nous conduit à la guerre civile… 
• Automobilistes, victimes du politiquement correct.  Jamais la France n’a eu autant de radar en service, et pourtant le nombre de morts repart à la hausse. Sans doute faudrait-il dénoncer les vrais problèmes, comme le manque de civisme de certains piétons et de beaucoup de cyclistes en ville, ou encore le « droit au permis » pour faciliter la mixité sociale… 
• Syriza. L’extrême-gauche en pleines promesses. Non seulement nous allons payer leurs dettes, mais nous allons subir leur politique immigrationniste… 
• Les chrétiens du Nigéria, facteur d’ajustement de la présence occidentale dans la région.Comme au Soudan, comme en Lybie, comme en Syrie, comme en Irak, rien ne vaut la présence de terroristes islamistes bien équipés pour faciliter la présence de bases militaires. 
  
et, pour finir, les prochains rendez-vous du Parti de la France.

Resultats de la législative partielle du Doubs.

L’élection législative partielle dans la quatrième circonscription du Doubs a été marquée par une très forte abstention ce dimanche. Six Français sur dix ne sont pas allés voter, malgré une forte médiatisation du scrutin et la venue des principales personnalités politiques (Marine Le Pen et Manuel Valls notamment). Le scrutin était également observé parce qu’il faisait suite aux attentats islamistes de janvier. La conclusion est sans appel pour leur République : leurs manipulations ne fonctionnent plus. À un mois et demi des élections départementales, ce scrutin avait valeur de test, et celui-ci est perdu avant pour l’UMP et rappelle que le PS est en pleine crise.

Prudent, Nicolas Sárközy n’avait pas apporté son soutien public au candidat de l’UMP Charles Demouge. Celui-ci s’est illustré, quelques heures avant le scrutin, par de très violents propos racistes antiblancs. Sans qu’il soit possible d’évaluer l’impact de cette provocation, il a été éliminé dès le premier tour, avec 26,54 %, et malgré une progression de trois points par rapport à 2012 (23,21 %).

elleg-doubs-exprimes-.png

 

La candidate du Front national Sophie Montel arrive nettement en tête du scrutin avec 32,6 % des suffrages exprimés (23,87 % au premier tour en 2012) en hausse de neuf points en moins de trois ans. Elle devance de cinq points Frédéric Barbier, le candidat du Parti socialiste (28,24 %). Celui-ci est en recul d’environ 12 points par rapport aux résultats obtenus par Pierre Moscovici en 2012, dans un contexte alors très favorable à la gauche (40,8 %).

La gauche dans son ensemble recule nettement, et c’est bien le Front national qui en profite. L’UMP est en légère hausse, comme l’extrême gauche, qui obtient des résultats proches de 2012 : Europe écologie-Les Verts (EÉLV) arrive en quatrième position avec 3,11 % (1,99 % en 2012), suivit par le Front de gauche (FG) avec 3,66 % (3,11 % en 2012) et Lutte ouvrière (LO) avec 1,57 % (0,52 % en 2012), soit pour toute l’extrême gauche une progression de 2,7 points. Les gesticulations de Jean-Luc Mélenchon ces derniers jours, son auto-identification avec SYRIZA et son annonce de « disponibilité » pour l’élection présidentielle de 2017 n’ont pas convaincu au-delà du petit cercle habituel d’extrémistes.

Le Parti de la France (PDF) obtient le septième meilleur résultat. Alde Vinci recueille 1,23 % des suffrages exprimés ; c’est la première fois que Carl Lang présentait un candidat dans cette circonscription.

Au second tour, le Front national devra rivaliser avec « l’esprit du 11 janvier », dont les candidats ont obtenu aujourd’hui plus de 65 % des voix. Il y a peu de chance que le raciste antiblanc Charles Demouge appelle à voter pour le parti de Marine Le Pen dont il prétend qu’il réclame l’expulsion des étrangers à papiers français. Dès ce soir, l’UMP et le PS appellent à faire barrage au FN.

Source

26/01/2015

Grèce: Le FN soutient les immigrationnistes ultra gauchistes, anti-famille et pro drogues de SYRISA

 

1698435_3_4e33_marine-le-pen-le-2-mai-a-paris_68e476df9e68d1b5ea9bc745d4e4237d.jpg

« Il y a une fracture en Europe qui passe par la reprise en main des peuples contre le totalitarisme de l’Union européenne et de ses complices, les marchés financiers. Je suis complètement cohérente. Cela ne fait pas de moi une militante d’extrême gauche ! Nous ne sommes pas d’accord avec tout leur programme, notamment sur le plan de l’immigration. Mais nous nous réjouirions de leur victoire » a déclaré Marine Le Pen dans un entretien au journal de gauche Le Monde. Elle apporte son soutien à un parti idéologiquement d’extrême gauche, qui a multiplié les gages envers le système ces derniers mois, abandonnant son peu de caractère révolutionnaire. Mais à l’image de ce qu’a mis en pratique le gouvernement PS en France, l’acceptation des principales volontés de l'Union Européenne s’accompagnera de violentes attaques contre la société grecque.

Au niveau européen, la victoire de la Coalition de la gauche radicale (SYRIZA, Synaspismós Rhizospastikís Aristerás) n’aura aucun impact puisque le parti marxiste a annoncé ne pas vouloir sortir de l’euro, ni de l'UE. Au-delà d’un programme social aussi généreux que démagogique, à l’inverse, la victoire du parti serait une catastrophe pour les Grecs comme pour l’ensemble des Européens : SYRIZA est favorable à une ouverture totale des frontières, ce qui signifie pour la France directement une nouvelle vague d’invasion. Conformément à l’agenda mondialiste, le parti d’extrême gauche lutte contre l’Église, est également favorable à la légalisation des drogues, ainsi – ce qui ne déplaît sans doute pas à de nombreux cadres du Front national – à la destruction de la famille et du mariage par son ouverture aux déviants sexuels. Le parti d’extrême gauche a fait sienne également l’idéologie du genre.

« Nous soutenons pleinement le droit à l’autodétermination en matière de sexualité et du choix du sexe, ainsi que l’établissement des mariages civils entre personnes de même sexe avec la reconnaissance de l’égalité des droits et de l’identité de genre » avait annoncé le parti en 2013.

Le programme de SYRIZA est totalement empreint d’un esprit gauchiste que ne renierait pas Jean-Luc Mélenchon. Ainsi en 2012, SYRIZA, parmi ses 40 points prioritaires, proposait de « changer les cours de formation de la police afin de souligner les thèmes sociaux tels que l’immigration, la drogue et les facteurs sociaux ».

En politique militaire et étrangère, soulignons encore que le parti d’extrême gauche, alors que la Grèce est au cœur des tensions géopolitiques en Europe, réclame la « restriction drastique des dépenses militaires », et encore la « négociation d’un accord stable avec la Turquie ». La Turquie occupe depuis plus de 40 ans l’île de Chypre, lors d’une attaque qui fit plus 2.300 morts et disparus, plus de 2.400 blessés et, depuis plusieurs siècles, une part importante du Bosphore en terre européenne.

Source

Journal du PDF: Réinfo du 26 janvier 2015

 

Au sommaire de ce neuvième numéro de Réinfo : 
  
• Front National de Marine Le Pen, la cage aux folles contradictions devient une foire d’empoigne. Ceux qui sont contraints au silence n’ont le choix que de parti ou devenir des cautions du pire. 
• 10e édition de la Marche pour la vie Face aux tenants de la Culture de mort qui veulent désormais légaliser l'euthanasie, le Parti de la France et Carl Lang proposent, d'une part, l'inscription dans la Constitution du principe de respect de la Vie depuis sa conception jusqu'à son terme naturel, d'autre part, le remplacement des lois Veil, Roudy et Aubry sur l'avortement par une grande politique familiale favorisant l'accueil de la Vie. 
• Ukraine. Les soutiens du pouvoir génocidaire de Kiew ne supporte pas que les rebelles prorusses du Dombass résistent à l’OTAN, à l’Union européenne et aux massacres de masse. 
• Arabie Saoudite. La mort du roi Abdallah oblige les tenants du système à faire allégeance à un pays faiseur de guerre, prônant comme Daesh l’application stricte de la charia. Ennemis ailleurs, alliés ici, combien de temps la position incohérente de la France pourra-t-elle tenir ? 
  
et, pour finir, les prochains rendez-vous du Parti de la France.

21/01/2015

Deux montargois (?) partis faire le djihad...

Une mère de famille du Montargois a vu brutalement ses deux fils prendre les armes au nom d'un islam intégriste. Difficile pour l'entourage de comprendre la radicalisation de ces deux jeunes, qui semblaient mener une vie tranquille.

capture-de-cran-2015-01-20-a-22-38-08_1915582.jpeg

«Il m’a téléphoné alors qu’il était déjà dans l’avion. Il m’a demandé si j’avais lu la lettre qu’il nous avait laissée. »

Ce jour de juin 2014, le ciel est tombé sur la tête de la maman de S., 18 ans. Le jeune homme, qui a grandi dans une petite commune du Montargois, a choisi, sans prévenir sa famille, de partir faire le jihad en Syrie.

Il est parti seul, rejoindre son frère aîné Y., arrivé là-bas deux mois avant. « L’aîné nous avait dit qu’il voulait partir étudier le Coran en Turquie. On n’a pas compris, on aurait préféré le Maroc (le pays d’origine de la famille). » Sauf que la Turquie ne sera, pour le grand frère, qu’une étape avant la Syrie où sévit un conflit sanglant depuis 2011.

L’information selon laquelle le fils cadet était parti en Syrie circulait depuis quelques mois dans le cercle des personnes qui l’avaient côtoyé.

Elle s’est confirmée ces dernières semaines car on le voit sur une vidéo diffusée sur Internet, dans laquelle apparaissent d’autres jeunes combattants. Arme à la main, il y tient des propos très durs. Sur sa page Facebook, où il a publié une photo indiquant qu’il a été en Irak, et son compte Twitter, il a également posté des photographies de lui, toujours une arme dans les mains.

 

Comment ce garçon qui n’a pas encore 20 ans, sans histoires, visiblement bien intégré au vu des témoignages de personnes qui l’ont rencontré ces dernières années, a-t-il basculé vers le jihad??

« Quelqu’un de posé, 
pas agressif »

L’année dernière, à la même date, il travaillait dans un magasin du centre-ville de Montargis, deux jours par semaine. Dans cette boutique, on se souvient de quelqu’un de « plutôt sérieux et droit. C’était un bon vendeur, quelqu’un de posé, pas agressif. Il n’y avait aucun signe qui indiquait qu’il passerait de l’autre côté. Ça a été un choc. D’où est venu le déclencheur, on ne sait pas. »

« Ce n’était pas 
un dur. C’était 
même franchement 
une crème »

Vers la fin de son contrat, une salariée indique que « des absences injustifiées, des retards » avaient été constatés mais pour autant « son caractère n’avait pas changé ». Il aurait terminé son travail dans cette boutique au printemps.

Parallèlement à ses études et son travail, le garçon a évolué au sein de plusieurs associations sportives de l’agglomération de Montargis. « Il était au club avec son grand frère. C’était un gars bien, gentil, respectueux. On pouvait discuter avec lui. Ce qu’on lui disait, il le faisait », assure un membre de son ex-club. « Quand j’ai appris son départ, j’étais dégoûté. On m’a dit que c’était son grand frère qui était parti en premier. Lui, on avait plus de mal à le cadrer. »

Un autre membre du club va dans le même sens : « Le cadet était un licencié comme les autres, un jeune qui avait une vie scolaire, professionnelle, des loisirs. Il venait au club en loisirs. Il ne faisait pas de compétition. Lui, ce qu’il voulait, c’était maigrir. » Il se souvient d’un jeune homme calme, presque timide : « Ce n’était pas un dur. C’était même franchement une crème ». n

Aurélie Richard et Jean-Baptiste Dos Ramos 

Source: La Republique du Centre