Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2015

Réinfo du 1er juin 2015

 

Au sommaire de ce dix-neuvième numéro de Réinfo : 
  
• Traité Transatlantique. La commission du Commerce International du Parlement européen a voté, ce jeudi 28 mai, en faveur du Traité de commerce transatlantique, ce traité négocié en grand secret car qu’il produira à tous les échelons : du sommet de l’Etat fédéral jusqu’aux conseils municipaux en passant par les gouvernorats et les assemblées locales, les élus devront redéfinir de fond en comble leurs politiques publiques de manière à satisfaire les appétits du privé dans les secteurs qui lui échappaient encore en partie. Sécurité des aliments, normes de toxicité, assurance-maladie, prix des médicaments, liberté du Net, protection de la vie privée, énergie, culture, droits d’auteur, ressources naturelles, formation professionnelle, équipements publics, immigration : pas un domaine d’intérêt général qui ne passe sous les fourches caudines du libre-échange institutionnalisé. ET vous savez quoi ? Il n’y avait pas un seul député européen du FN de Marine Le Pen pour s’y opposer… 
• Pantalonnade au Panthéon. Décidemment, la nécropole de la République est de plus en plus mal fréquenté. En obligeant des héros comme Pierre Brossolette, Geniève Tillion ou Geneviève de Gaulle-Anthonioz à cohabiter avec un politicien comme Jean Zay, François Hollande rend plus hommage aux copinages franc-macs qu’au courage et à l’esprit de résistance… 
• Déficits publics. 5 millions de chômeurs, 8 millions d’immigrés selon les chiffres les plus optimistes, 32% du PIB en aides sociales, 95% du PIB de dette, un déficit chronique de 85 milliards…  
• Burundi, Macédoine… L’actualité ne manque pas de couleurs en ce moment, grâce aux révolutions du même nom initiées un peu partout par la diplomatie américaine. La semaine dernière, nous étions au cœur des Balkans, dans la Macédoine catholique, aujourd’hui nous décollons pour le Burundi où la question du troisième mandat du président a bien moins d’importance que le refus par ce même président de laisser s’implanter sur le territoire national une certaine base opérationnelle de l’armée et des renseignements américains… 
• et, pour finir, une interview de Carl Lang, réalisée lors du Bureau Politique du Parti de la France, tenu ce week-end à Paris. Nous serons également en direct avec Thomas Joly, secrétaire général du PDF, qui nous présentera les enjeux de la prochaine manifestation organisée à Calais comme l’immigration-colonisation. Nous détaillerons les prochains rendez-vous du Parti de la France, ainsi que les nouvelles nominations au sein de l’organigramme du Parti de la France. 

31/05/2015

Entretien de Carl Lang à "La Gazette de Côte d'Or".

7039469-10771700-450x300.jpg

Ancien membre historique du Front national (1978-2008) et aujourd’hui président du Parti de la France, Carl Lang analyse la situation de son ex-formation politique, secouée par les tensions entre Jean-Marie Le Pen et sa fille Marine. Et l’ancien secrétaire général du FN n’est pas particulièrement tendre avec sa présidente…

La Gazette : Aviez-vous vu venir le clash entre Marine Le Pen et son père, Jean-Marie Le Pen, après les dernières déclarations de celui-ci dans le journal Rivarol, à propos notamment de Pétain ?

Carl Lang : Le climat était déjà un peu agité. Ce qui s’est produit ne m’étonne donc pas vraiment. D’abord, une partie de l’entourage de Marine Le Pen est composée d’anciens membres du Mouvement national républicain (MNR) de Bruno Mégret, tels Nicolas Bay ou Steeve Briois. Lesquels voulaient depuis un certain temps déjà se débarrasser de Jean-Marie Le Pen. Je rappelle que Bruno Mégret avait entraîné des cadres du Front national dans l’épisode de dissidence de 1998.

Dans cette garde rapprochée figure aussi Florian Philippot…

J’allais y venir. M. Philippot vient de la gauche souverainiste. Quand il parle, j’ai l’impression d’entendre Jean-Pierre Chevènement. Comme Nicolas Bay, Steeve Briois et quelques autres, il ne souhaitait rien d’autre que de se débarrasser de Jean-Marie Le Pen. Et c’est l’autre aspect qui me fait dire que cet affrontement entre Jean-Marie Le Pen et sa fille Marine ne me surprend guère depuis que cette dernière mène un processus de normalisation. Elle veut être accueillie par les médias parisiens, et elle n’a qu’une obsession, faire du chiffre.

A-t-elle tué le père ?

Elle a su saisir l’occasion d’euthanasier électoralement et politiquement son père. Et cela me choque beaucoup. Car elle lui doit tout. C’est non seulement sa fille, mais si elle est présidente du Front national, elle le doit à son père. On ne se comporte pas comme cela avec son père. Jean-Marie Le Pen a imposé sa fille dans un parti où tout le monde ne voulait pas forcément d’elle. Il l’a protégée, n’hésitant pas à se séparer de cadres du Front national comme Marie-France Stirbois, Jean-Claude Martinez, Jacques Bompard ou moi-même. Et lors de l’élection à la présidence du FN en 2011, il a soutenu sa fille face à son vieux camarade de route, Bruno Gollnisch. L’acte de Marine Le Pen vis-à-vis de son père, je le considère comme une infamie.

Existe-t-il une réelle divergence idéologique entre Jean-Marie Le Pen et sa fille ?

Il y a une vraie différence entre eux : Marine Le Pen ne s’intéresse pas beaucoup aux idées politiques. Elle s’est inscrite dans une démarche purement électoraliste et populiste. Je le répète, mais son seul objectif est de faire du chiffre. Elle se contente de surfer sur les mécontentements. Alors que Jean-Marie Le Pen est un homme de droite nationale. Il a de profondes convictions, même si provocations médiatiques régulières ont certainement gâché ses chances d’accéder au pouvoir.

Car il le souhaitait vraiment ?

L’idée selon laquelle Jean-Marie Le Pen ne voulait pas du pouvoir et se complaisait dans un rôle d’opposant et d’agitateur est à mon avis fausse. Dans les années 80 et 90, je peux vous assurer que nous étions dans une logique de conquête du pouvoir. Jean-Marie Le Pen espérait vraiment parvenir au sommet de l’État. Puis, après la scission de 1998 avec Bruno Mégret, et plus encore après le second tour de l’élection présidentielle de 2002, il a compris qu’il n’était plus en situation d’y parvenir. Il en a donc pris acte. Ensuite, il a tout fait pour que sa fille dirige le Front national.

Revenons à Marine Le Pen. Vous estimez qu’elle n’a pas vraiment de ligne politique…

Son slogan, c’est « ni droite, ni gauche ». Cela fait longtemps que je suis convaincu qu’elle n’a pas de conscience politique. Et que si elle n’avait pas été la fille de Jean-Marie Le Pen, elle n’aurait jamais fait de politique. Elle se contente d’enfourcher les causes qui lui permettent de se faire voir et de se faire entendre.

Un rapprochement entre le père et la fille vous semble-t-il envisageable ? Jean-Marie Le Pen souhaite avoir une discussion avec sa fille…

Tout est possible. Il y a actuellement un front familial au sein du Front national. Mais je crois savoir qu’il y est très isolé. Ceux qui étaient des soutiens plus ou moins affichés de Jean-Marie Le Pen ont préféré se ranger derrière Marine. Parce que c’est elle qui a la main sur le parti, et chacun a très bien compris que c’est elle qui donne les investitures pour les élections. Chacun pense d’abord à son propre intérêt. Le discours de Jean-Marie Le Pen n’est quasiment plus défendu au sein du FN. Et cela est vraiment dommage. Car ses idées vont dans le sens de l’intérêt de la France.

Jean-Marie Le Pen a-t-il encore du pouvoir au sein du sein du Front national ?

Non, il n’a quasiment plus de pouvoir. Pour les raisons que je viens de vous expliquer.

Avez-vous des contacts avec lui ?

Non, pas depuis 2009. La rupture personnelle est consommée. Politiquement, c’est autre chose. Il reste député européen pour les quatre prochaines années. Je ne pense pas qu’il va créer un nouveau parti politique. Mais plutôt une sorte d’association des amis de Jean-Marie Le Pen, où il serait par exemple possible d’organiser les conditions d’une reconquête de la droite nationale. J’ai créé le Parti de la France à cet effet. Pourquoi ne pas imaginer de travailler sur ce thème de la droite nationale en se concertant ? J’estime que le Front national d’aujourd’hui n’incarne plus les valeurs de la droite nationale. Et que l’association entre Marine Le Pen et Florian Philippot est une vraie imposture politique. Le FN est juste devenu un simple parti électoraliste, qui est rentré dans le système traditionnel. Il forme la bande des trois avec le Parti socialiste et l’UMP…

Source : La Gazette de Côte d'Or 

07:53 Publié dans PDF | Lien permanent | Commentaires (0)

Le dernier Bureau Politique du Parti de la France s'est déroulé en présence des caméras de France 2

10662120_857282384318333_3116818279172123960_o.jpg

Une fois n'est pas coutume, un média national était présent lors des travaux du Bureau Politique du Parti de la France qui s'est déroulé samedi 30 mai à Paris. Sachant que le PdF est boycotté par l'ensemble des médias nationaux depuis sa création en 2009, cet intérêt soudain pour la seule formation politique de droite nationale dans le paysage politique français est pour le moins intéressant.

Source: Blog de Thomas Joly

07:47 Publié dans PDF | Lien permanent | Commentaires (0)

30/05/2015

Guerre ouverte au FN du Loiret.

Mauvaise gestion, manque d’implication, insultes. Un dossier à charge contre le secrétaire départemental du FN, rédigé par des militants locaux, a été envoyé au siège du parti. Extraits.

elections-departementales-2015-soiree-electorale-conseil-gen_2100892.jpeg

Le FN 45 serait-il au bord de l’implosion? Malgré de bons résultats obtenus lors des dernières départementales, le parti de Marine Le Pen est secoué, en interne, par une véritable fronde. Un « collectif protestataire », composé de plusieurs dizaines de militants, d’ex-candidats et d’une élue orléanaise, réclame purement et simplement la tête du secrétaire départemental, Charles de Gevigney. Un dossier compilant mails, sms, critiques sur sa gestion a été envoyé à Nanterre. La Rep se l’est procuré.

Sa gestion. 

Elles ont conduit la majorité des ex-candidats aux élections départementales qui ont pu faire ce constat à rédiger une motion (dont vous trouverez ci-joint copie) et ce dossier. »

Ils lui reprochent aussi d’avoir interdit aux candidats aux élections départementales de « s’exprimer dans la presse ».

Ses relations avec l’élue Arlette Fourcade. « Le nettoyeur ». 

La réponse de Charles de Gevigney. « Mon fonctionnement est celui qui est déterminé par la hiérarchie », répond-il. Ces critiques seraient-elles téléguidées par des partisans de l’ancien secrétaire départemental, Bernard Chauvet ? « Aucun commentaire. Mais j’ai été nommé ici pour faire du ménage, et ça déplaît aux gens concernés… Mais je vais remettre de l’ordre. »

 

Florent Buisson

-----------

"Il a le soutien du parti"

Nicolas Bay, secrétaire général du FN chargé des fédérations, maintient son soutien au secrétaire départemental. « J’ai bien pris connaissance de ce dossier, en effet, et des pièces figurant à l’intérieur, débute-t-il. La situation du FN 45 attire toute notre attention. » Mais il affirme qu’aucune réunion n’est prévue en haut lieu pour évoquer le cas de Charles de Gevigney. Il confirme même le secrétaire départemental dans ses fonctions. « Il n’a pas de mandat avec une date butoir. Il est secrétaire départemental du Loiret et le restera. Après avoir pris connaissance d’autres éléments, il a tout notre soutien. » Le siège répondra-t-il aux plaignants?? « Je me rends dans le Loiret le 5 juin prochain pour une réunion, on verra alors s’il y a des réponses à apporter ».
 
Article de La République du Centre du 29 mai 2015: lien
 
 

26/05/2015

Réinfo du 25 mai 2015

 

11/05/2015

Le Parti De la France a rendu hommage à Sainte Jeanne d'Arc le dimanche 10 mai 2015

Dimanche 10 mai 2015, les militants du Parti de la France étaient présents en nombre pour honorer l'héroine de la Nation. Que ce soit au défilé nationaliste du matin ou bien lors de celui de l'après-midi organisé par Civitas, les militants du PdF ont donné de la voix lors de cette commémoration pleine d'espoir pour la reconquête nationale.

11265252_657111257755693_637898894923595181_n.jpg?oh=ced86e6d75f0d4739b9a9115a125768f&oe=55D17C35

11013041_657111274422358_2529904765256099328_n.jpg?oh=b06648150d9014872602f6dd1bb19c71&oe=55C9B4A4&__gda__=1443275214_52a9a0340be6cc864e983dc92ecd66f5

11081293_657111391089013_5712075318855761786_n.jpg?oh=27fe6cd9439351c318573d6bca1e4418&oe=55D07C32

11163947_657111387755680_6541860207755452484_n.jpg?oh=fee03853d9a6c70a676648a1c7b9acf6&oe=55D26989&__gda__=1440232333_61e87eec0ef4cd1dbb7bd31611e00d73

11143589_657111421089010_1074988035889695976_n.jpg?oh=2f264862ea811a58212787642d52606b&oe=55D9FABC&__gda__=1440583818_4882155ff5fc173e0dde9a211fdc6790

22294_657111521089000_7855296808743448678_n.jpg?oh=866900615915b2e932ab82298875396b&oe=55D3A8A2

11165290_657111624422323_5834598226037621435_n.jpg?oh=5ff68a87799122289fcf7216b5c3b419&oe=55DC107D

11100528_657111647755654_2977783958805963523_n.jpg?oh=6f8817c738986665f4faaa6975f6a079&oe=55C2DBBC

11036898_657111674422318_9169656629395391514_n.jpg?oh=681db263da74209def30e8e7fd961270&oe=55D398C6&__gda__=1439529900_ac7f79eef6d0f2352479012ef322b05b

11216810_657111874422298_1253094615098488581_n.jpg?oh=23018d6ccdf998c5e128b45c473ff74a&oe=55CAA1F8

11212754_657112134422272_7234163066915234595_n.jpg?oh=4853a6fdf75553a8761bce2df047f19c&oe=560C5180

 

 

Source (avec beaucoup plus de photos): Blog de Thomas Joly

15:32 Publié dans PDF | Lien permanent | Commentaires (0)

05/05/2015

Face à Face: Interview de Carl Lang du 30 avril 2015

 

 

29/04/2015

Fête de Sainte Jeanne d'Arc le 10 mai.

13-mai-2012-2.jpg

 

Comme chaque année le Parti de la France s'associe au défilé en hommage de Sainte Jeanne D'arc qui aura lieu dimanche 10 mai à l'initiative de l'association CIVITAS.

Le défilé partira à 14h30 de la Place Saint Augustin (Paris). Cette année des animations médiévales dans une ambiance familiale auront lieu dès midi sur la place.

28/04/2015

Entretien de Carl Lang dans le nouveau numéro de Synthèse Nationale

11114254_1570281309900074_9043155677997856917_n.jpg?oh=1166a40263310eb7be259029466a38d1&oe=55DC23CF&__gda__=1440065330_7a229aea2758ef6b76d63156b0c4d313

 

Question : Carl Lang, vous avez été à deux reprises le Secrétaire général du Front national et vous avez été exclu par Jean-Marie le Pen pour vous être opposé à sa fille lors des élections européennes de 2009. Comment analysez-vous les récents déchirements entre JMLP et Marine Le Pen à la tête du Front national ?

Nous assistons à l’accélération du processus de normalisation politique et de soumission de Marine Le Pen à la dictature de la pensée unique. En refusant à Jean-Marie Le Pen l'expression de sa liberté d'opinion et de parole, elle espère continuer à s’attirer les bonnes grâces des maîtres de l’information et des médias. Elle a décidé de sacrifier son père sur l’autel de la soi-disant dédiabolisation et c’est pourquoi j’ai parlé d’une tentative d’euthanasie électorale et politique.

Ce que Madame Le Pen et son entourage ne comprennent pas est que la dédiabolisation est un mirage et une course sans fin pour complaire au système idéologique dominant et totalitaire. Après avoir liquidé Jean-Marie Le Pen, il faudra se débarrasser du FN qui est le mouvement de Jean-Marie Le Pen. Mais cela ne suffira pas : il faudra aller encore plus loin dans le reniement et l’allégeance. Après avoir abandonné le discours de droite économique et s’être alignée comme cela est déjà fait sur la bien pensance laïciste, citoyenne et républicaine et le souverainisme de gauche, après avoir refusé de participer aux manifestations du combat pour nos valeurs de la Manif pour Tous, elle devra finir par abandonner la préférence nationale et la défense de l’identité nationale. En effet celles-ci ne sont pas compatibles avec les soi-disant valeurs de leur république socialiste. Et tout au bout de cette longue marche politique de la honte, Madame Le Pen aura encore un problème : elle s’appelle Le Pen.

Et puis, au-delà de l’aspect politique et du reniement de nos valeurs, nous assistons au lamentable spectacle de l’infamie morale.

Toutes les sociétés humaines se fondent sur le premier socle qui est le socle familial. Dans les sociétés chrétiennes cela s’exprime par le quatrième commandement du Décalogue : « Tu honoreras ton père et ta mère ».

Marine Le Pen doit politiquement tout à son père qui l’a embauchée au service juridique du Front National et imposée dans les instances dirigeantes et ce, contre l’avis de nombreux cadres du Front National durant les années 2000. Lors du Congrès de Nice en 2003, Marine Le Pen qui a été classée 34ème à l’élection du comité central fut nommée vice-présidente du FN et donc membre du Bureau Exécutif par son père. Au congrès de 2007, Bruno Gollnisch voit disparaître la délégation générale dont il était le responsable et se retrouve relégué à une fonction de vice-président exécutif chargé des affaires internationales alors que Madame Le Pen est nommée par son père vice-présidente exécutive chargée de la direction du Front National. J’avais à l’époque résumé la nouvelle situation de la direction par la formule suivante : « Il y a dorénavant une vice-présidente exécutive et un vice-président exécuté ».

Je n’oublie pas non plus la manière ignoble dont notre amie Marie-France Stirbois, militante et élue exceptionnelle a été traitée pour s’être opposée dès le début avec lucidité et courage au double jeu et aux impostures de Marine Le Pen. Marie-France est décédée suspendue du FN mais pas exclue car Jean-Marie Le Pen ne trouvait pas de majorité au Bureau exécutif ou au Bureau politique pour l’exclure. 

L’ancien président du FN a ainsi épuré de manière systématique, impitoyable et sans aucun état d’âme tous ceux qui osaient contester les ambitions ou les idées de sa fille.  Ce n’était plus le Front National et la préférence nationale mais le Front familial et la préférence familiale. Et puis, cerise sur le gâteau, Jean-Marie Le Pen a soutenu ouvertement et totalement sa fille contre Bruno Gollnisch à l’occasion de la grande mascarade du congrès de succession à la présidence du Front National. Chacun se souvient des formules élégantes du style : « il arrive que les dauphins s’échouent sur les plages » ou bien « on ne compare pas une 2 CV à une Formule 1 » etc…

La tentative de mise à mort électorale et politique de Jean-Marie Le Pen par sa fille est, dans ce contexte, particulièrement infâme. Il est bien évident que Jean-Marie Le Pen ne récolte que ce qu’il a semé et qu’il a lui-même creusé le trou dans lequel sa fille veut le jeter, mais la preuve est faite que Marine Le Pen ne respecte rien ni personne, ni même le père à qui elle doit tout. Elle portera toute sa vie l’infâme souillure de ce parricide politique et le discrédit moral définitif qui l’accompagne.

Cela faisait 35 ans que les partis du système rêvaient de se débarrasser de Jean-Marie Le Pen qui avait échappé jusqu’à présent à tous les peletons d’exécution médiatiques. Personne n’aurait pu imaginer que le coup de grâce lui soit porté par sa propre fille. Quelle jubilation pour tous les ennemis de la cause nationale.

Question : Quel est selon vous à ce stade la marche de manœuvre de Jean-Marie Le Pen ?

Elle est très faible. La peine de mort électorale a déjà été appliquée car il a dû renoncer par la force à sa candidature en PACA au profit de sa petite fille qui s’est d’ailleurs empressée d’indiquer quelle ne voulait pas d’un « ticket » avec Bruno Gollnisch. Bruno fera ainsi partie de la même fournée que Jean-Marie Le Pen. Ite missa est.

Jean-Marie Le Pen qui est le dos au mur en est réduit à essayer de survivre politiquement en sauvant la 3642675355.jpgprésidence d’honneur du parti qu’il a fondé en 1972 et dont il a été le président durant 40 ans. Je pense qu’il dispose d’arguments statutaires et juridiques solides. Par ailleurs la multiplication des mises en examen dans l’entourage de Marine Le Pen devrait l’inciter à réaffirmer son rôle de président d’honneur en exigeant des explications sur ces affaires et la mise en place d’un audit sur le financement des campagnes électorales ainsi que la création sous sa présidence d’honneur d’une commission d’enquête…

Mais je ne connais pas quel est son niveau de détermination et comme disait un célèbre humoriste : « En termes de prédictions l’avenir c’est compliqué ».

 

La suite de l'entretien dans votre numéro 39 de Synthèse Nationale



 
________________________
 
Pour l'acheter, ou pour vous abonner:  CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

09:46 Publié dans PDF | Lien permanent | Commentaires (0)

20/04/2015

Réinfo du 20 avril 2015

 

 

 

Au sommaire de ce dix-septième numéro de Réinfo : 
  
• Immigration-colonisation. Ils ne sont pas encore sur le sol européen, berceau de la civilisation chrétienne, qu’ils assassinent déjà des Chrétiens à bords des bateaux qui les amènent sur nos côtes. Des immigrés clandestins, quelques-uns parmi les 11 000 arrivés sur nos côtes la semaine dernière, ont assassiné les chrétiens présents à bord, parce n’ont ne peut, je cire « qu’implorer Allah ». L’immigration, une chance pour la France ?… 
• Législatives au Royaume-Uni. Une véritable révolution menace la couronne britannique… Fin du bipartisme, évolution vers un état fédéral, disparition de la classe politique passée… et peut-être succès magistral de l’UKIP, parti anti-immigration et eurosceptique menée par Nigel Farrage. 
• Industrie nucléaire. Les Français en ont rêvé, les Russes l’ont fait. Superphénix sera donc russe. Imaginé en 1974 par la science française, abandonné et saboté en 1997 à cause d’un accord électoral Verts-PS, le réacteur à neutrons rapides de 4e génération qui recycle les déchets des centrales nucléaires traditionnelles, ne permet pas de créer une arme atomique, ne produit pas de déchets nucléaires et offre en outre un niveau de sécurité sans précédent sera donc Russe. Adieu Superhénix, bienvenu au réacteur Brest-300. 
• Culture de mort. Bruxelles vient d’autoriser le brevet du vivant, en reconnaissant des brevets sur des légumes obtenus par des méthodes de sélection naturelle. Monsanto, Syngenta et la fondation Rockfeller en rêvaient : l’arme verte est désormais une réalité. Conclusion d’une opération lancée en 1946 au motif que «« Si vous contrôlez le pétrole vous contrôlez le pays ; si vous contrôlez l’alimentation, vous contrôlez la population. » 
  
• et, pour finir, les prochains rendez-vous du Parti de la France. 

14/04/2015

Réinfo du 13 avril 2015

 

 

 

Au sommaire de ce nouveau numéro: 

  

• Thérapie familiale. « Dieu rit de ceux qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes » et Dieu sait que Jean-Marie Le Pen se chérit lui-même… Il est pourtant le principal responsable de la dérive doctrinale du Front National, qu’il a confié à sa fille. Maintenant qu’il est un fardeau, il est bien aisé de se souvenir des avertissements de tous ses plus fidèles collaborateurs, qu’il a exclus, suspendus et dénigrés. 

• La culture de mort avance encore en France. Mettez vous bien ça dans le crâne : Accueillir dans votre foyer une cafetière est un acte plus important dans la société française que celui d’y accueillir la vie… En effet, pour avorter, il n’y a désormais plus de délai de réflexion, alors que pour acheter un meuble sur Internet, vous avez droit à un délai de rétractation de 14 jours… Tout cela bien sûr au nom d’un droit à disposer de son corps. Un droit qui disparaît dans le cadre de la Loi Santé, puisque qu’on envisage de prélever les organes sur des défunts sans même demander l’avis de la famille.  

• Prochain congrès du PS à Poitiers. Même si vous vous en moquez éperdument, laissez-nous vous présenter les motions A, B, C et D. Vous comprendrez que le changement, au PS, ben c’est pas maintenant… 

• Iran. Au moment même où certains voudraient interdire à l’Iran l’accès au nucléaire civil, tout en maintenant un embargo immoral, l’Allemagne vient de livrer un cinquième sous-marin, lanceur d’engin nucléaire, à Israël qui affirme tranquillement que l’option militaire contre l’Iran est une option comme une autre…   

• Kenya. Quelle moralité tirer du massacre de 142 étudiants chrétiens et de 6 militaires kenyans dans une université ? Et bien, on la trouve dans le dessin de l’algérien Dilem où l’on peut lire : « Tu casses une statue, toute la planète réagit, tu massacres 148 étudiants et tout le monde s’en fout ». 

  

• et, pour finir, les prochains rendez-vous du Parti de la France, et les ralliements de cadres qui se poursuivent un peu partout en France. 

 

 

 

13/04/2015

Carl Lang: "Jean Marie Le Pen peut participer à la mise en place de la nouvelle droite nationale"

« Ce qui se passe aujourd’hui est un évènement aussi important que la création du Front national. C’est, d’une certaine manière, la mise à mort du FN par la mise à mort politique de Jean-Marie Le Pen. Ce qui est incroyable, c’est que la classe politique française rêvait depuis 40 ans de liquider Jean-Marie Le Pen… et c’est sa fille qui porte le coup de grâce définitif. Ce doit être le summum du plaisir politique parmi les adversaires de Jean-Marie Le Pen.

C’est du Sophocle. Ce pourrait être une poésie tragique grecque

C’est un événement à la fois politique et humain. Madame Le Pen décide de renier politiquement et humainement son père politique et son père génétique. Elle n’existe au Front et elle n’y a existé que par la volonté de Jean-Marie Le Pen. Marine Le Pen s’est imposée au FN depuis de nombreuses années contre l’avis de beaucoup de dirigeants du parti. Jean-Marie Le Pen a fabriqué politiquement sa fille. Il l’a promue. Par elle et avec elle, il a transmis l’héritage familial. Chez les Le Pen, l’héritage c’est un bien de famille. Et elle a attendu d’avoir hérité pour l’euthanasier politiquement.

Jean-Marie Le Pen ne peut être exclu immédiatement. La marche de manœuvre de l’actuelle présidente du FN est assez étroite. Que peut-elle faire ? En principe, et de toute manière, on est rentré dans une logique de confrontation qui ne peut que s’aggraver, me semble-t-il. Marine Le Pen peut difficilement décider d’exclure son père, suite à une déclaration qui n’est finalement rien d’autre que ce qu’il dit depuis 40 ans. Cela relève de l’hypocrisie et de l’imposture.

Jean-Marie Le Pen est humilié et ulcéré par l’attitude de l’entourage de Marine Le Pen. Et il le signifie par ses déclarations. Il défie sa fille d’une certaine manière. C’est délibéré. C’est clair et net. D’où l’idée de revenir dans Rivarol sur le Maréchal Pétain, sur le principe de « réconciliation nationale » et de vouloir imposer le discours d’origine du Front. Marine Le Pen l’a déjà quasiment annoncé : elle désire retirer l’investiture de Jean-Marie Le Pen aux régionales.

Deux cas de figure : soit Jean-Marie Le Pen est toujours Jean-Marie Le Pen et, dans ce cas, il continue dans sa stratégie. Il annonce qu’il sera toujours candidats aux régionales. Deuxième cas de figure : il rentre à la niche, la queue basse et il accepte. Ce qui me paraît à priori difficile et peu probable. S’il maintient sa candidature, Marine Le Pen doit trouver une autre tête de liste du FN face à la liste portée par Jean-Marie Le Pen. À partir du moment où M. Le Pen père se présente sur une liste FN non investi par sa fille, c’est la deuxième étape. Il va faire ce que j’ai fait en 2009. Il a les moyens financiers et politiques de rester candidat malgré tout et de lancer un appel dans sa région pour la constitution d’une grande liste de droite nationale.

La bataille politique est perdue

Les choses ont évolué. Les déclarations de Marine Le Pen sont définitives. Ce n’est pas une guerre mais une mise a mort politique. C’est une rupture politique. D’ailleurs, sur l’aspect politique, c’était dans l’ordre des choses. La logique de normalisation de Marine Le Pen conduit à la disparition nécessaire du FN de Jean-Marie Le Pen. Les évènements ont fait qu’elle choisit de se débarrasser du père.

Reste à savoir si elle veut garder le nom FN. Son intérêt n’est pas nécessairement de liquider le FN à partir du moment où elle a liquidé son père. Jean-Marie Le Pen, lui, peut régler des comptes mais la bataille politique est perdue. C’est peut-être son dernier combat. Nous sommes dans le Front familial et non le Front national. Cet acte de reniement et d’hypocrisie révèle une personnalité forte à tous. Marine Le Pen considère que sa mission politique l’appelle à tuer son père. Elle a décidé d’euthanasier papa. C’est incroyable.

Jean-Marie Le Pen a une bonne formule. Il dit : « Marine le Pen fait l’union nationale contre son père ». Elle porte le coup de grâce. Et Jean-Marie Le Pen récolte ce qu’il a semé. C’est lui qui l’a fabriquée. Et malgré plusieurs mises en garde, il a purgé le FN de ceux qui contestaient madame le Pen pour l’imposer en force. Ça se retourne contre lui. C’est politiquement et humainement assez extraordinaire.

Le FN est devenu aujourd’hui un parti électoraliste, une écurie électorale. Comme tous les autres partis. J’ai toujours considéré que Jean-Marie Le Pen avait fait des erreurs médiatiques dans ses provocations. Et que la ligne politique de Marine Le Pen était de faire le FN de son père sans les provocations. Ce n’est pas ce qu’elle fait. Ça c’est ce que voulait faire Bruno Mégret. Marine Le Pen change totalement la ligne politique du FN lepéniste. Elle a transformé un mouvement de droite nationale en un mouvement souverainiste de gauche et populiste. Elle procède par démagogie.

Florian Philippot est devenu une sorte de démon. Et au sein du FN, tous prennent leur position en fonction de l’état de l’opinion. C’est exactement le contraire de Jean-Marie Le Pen. Lui était capable de défendre ses idées même si elles n’étaient pas populaires. Sa fille défend ce qui est populaire quelque soient les idées. Elle s’en contre-fiche. C’est une professionnelle de l’électoralisme. Elle fait de très bons scores d’ailleurs.

Les conditions sont là. À la limite, elle ne dirait rien que ce serait aussi bien. Il suffit de ramasser les fruits qui tombent tout seul. Depuis 2012, l’opposition ce n’est plus rien. Une donne nouvelle apparaît aujourd’hui : la montée en puissance de Sarkozy. Marine Le Pen a un boulevard… des conditions exceptionnelles et une stratégie mauvaise. Les gens sont déçus par la droite et la gauche. Quand on leur dit ce qu’ils ont envie d’entendre, c’est facile. Le FN porte un discours citoyen laïciste comme les autres. C’est électoralement efficace. On ne peut pas faire le reproche à Jean-Marie Le Pen de faire un discours par démagogie. Il l’a toujours fait par conviction. Le rêve des socialistes était de faire un second tour avec Marine Le Pen. Aujourd’hui, je considère que c’est mort. Il y aura un deuxième tour FN-Sarkozy.

 

Je suis le seul cadre de l’histoire à avoir été exclu tout seul. Jean-Marie Le Pen a été mon juge d’instruction, le président du tribunal, le jury et l’exécuteur. Mon exclusion s’est déroulée en quelques minutes face à un homme et sans aucune convocation des instances du FN. Il ne voulait pas prendre de risque d’une abstention. Le seul moyen était de faire l’unanimité.

Ce qui se passe aujourd’hui est politiquement dramatique. Avec la disparition de Jean-Marie Le Pen, le contenu de son discours patriotique n’est plus défendu par personne. C’est la fin de quelque chose ou le début d’autre chose. C’est possible en créant les conditions à l’extérieur du FN. Tout s’est décidé en 2007 quand Jean-Marie Le Pen a dégagé Bruno Gollnisch de la Délégation générale pour y mettre sa fille. C’était la donation avant la succession. Tous les opposants à Marine Le Pen ont été purgés. Ce qui se passe était donc écrit et annoncé depuis des années.

Le FN est aujourd’hui un parti électoraliste sur le fond et sur la forme. C’est Marine Le Pen qui donne les mandats, les postes. Elle a le financement. En fonction de ce que va faire Jean-Marie Le Pen, elle va mesurer la qualités de ses amis. Je n’ai pas suivi Bruno Mégret en 1998 car je n’avais pas de désaccord politique de fond avec Jean-Marie Le Pen même si, comme Bruno Mégret, je considérais que les provocations lepénistes étaient nuisibles. Mais cela, c’était la forme des choses. Jean-Marie Le Pen défendait des valeurs qui étaient les miennes. Cela n’a pas changé.

Aujourd’hui, Jean-Marie Le Pen peut participer à la mise en place de la nouvelle droite nationale. Il a la possibilité de redistribuer politiquement les cartes. Je ne suis pas fermé à la constitution d’un rassemblement national. Même si, personnellement, la rupture est consommée. Mais en termes politiques, c’est différent. Rien n’est à exclure. Je crois que les idées de Jean-Marie Le Pen sont conformes à l’intérêt du pays. Il existe un potentiel, un espace électoral. Il faut en trouver un politique et médiatique. Jean-Marie Le Pen n’a plus qu’à le créer. Et la clé, c’est l’argent. »

Source

16:25 Publié dans PDF | Lien permanent | Commentaires (1)

31/03/2015

Réinfo du 30 mars 2015

 

 

Au sommaire de ce quinzième numéro de Réinfo : 
  
• Sidaction. Créé en 1994, le Sidaction est un show médiatique destiné à récolter des fonds et sensibiliser le public sur le SIDA. Ça, c’est la vitrine. En fait, c’est une arme médiatique du lobby homosexuel et un placement financier pour le complexe pharmaceutique. 
• Une flat-tax à la française ? S’il est bien une chose qui n’a pas transpiré pendant toute cette campagne électorale démagogique, où pas une seule fois les problèmes de fond n’ont été abordés, c’est bien que les départements symbolisent la mauvaise gestion des finances publiques. Et si pour éviter aux politiques de dépenser trop, on leur interdisait de prélever trop ? 
• La Manif pour tous.. s’exporte en Finalnade, après l’Allemagne et avant l’Irlande. Le mouvement social à l’origine de grandes manifestations populaires en France continue son développement au delà des frontières de l’hexagone pour défendre le mariage homme/femme et la filiation père/mère/enfant.  
• Yémen. Daesh et Al-QuaIda étaient en mauvaise posture au Yémen, face à l’offensive des milices chiites soutenues par l’Iran… Du coup, une coalition américano-saoudienne a décidé d’intervenir… contre les milices chiites. Un scénario à la Syrienne. 
• Serbie… Il y a seize ans, l’OTAN déversait 15 tonnes d’uranium appauvri sur la Serbie pour l’obliger à abandonner le Kossovo aux terroristes de l’UCK. Aujourd’hui, la Serbie compte le plus haut taux de cancéreux d’Europe et s’apprête à ouvrir ses bases à l’OTAN. 
  
• et, pour finir, les prochains rendez-vous du Parti de la France, et les ralliements de cadres qui se poursuivent un peu partout en France.

 

 

24/03/2015

Réinfo du 23 mars 2015

 

 

Au sommaire de ce quatorzième numéro de Réinfo : 
  
• RSI ou Racket Social des Indépendants. Symbole d’un ras-le-bol fiscal généralisé et d’une déficience globale des services de l’Etat, le RSI est au cœur d’une tourmente sociale qui prend de l’ampleur. Attention, c’est la France qui travaille et qui se fait voler 47% du PIB qu’elle produit qui n’en peut plus… 
• La dictature, c’est maintenant ! Le fébrile Valls veut se doter d’un Patriot Act à la française en flinguant les juges au passage. Filmé, écouté, suivi, arrêté, contraint au silence… cela n’arrivera pas qu’aux autres, puisque vous regardez cette émission… 
• Islande. Adhérez à l’Union Européenne, non, merci, sans façon… Le peuple qui a inventé la démocratie il y a 1500 ans, mit ses politiciens et ses banquiers en prison il y a cinq ans, refuse les chaînes de moins en moins dorées de l’UE. Il y a indiscutablement une sagesse nordique… 
• Ukraine. Porochenko fait tout pour que les accords de Minsk qu’il a pourtant signé sous le patronage de la Russie, de l’Allemagne, de la France et de l’OSCE. Il devrait faire attention, car non seulement son armée n’a pas réussi à défaire les unités du Dombass, mais elles n’ont plus confiance en lui… 
• Géopolitique… Deuxième partie et fin de notre chronique sur le Gaz de Gazza. Depuis 2009, Israël dirigé par Netanyahu se refuse à partager ce qui n’est pas lui… Le Liban, la Palestine, Chypre et Turquie ont fait entrer la Russie dans la danse, pour ses capacités d’exploitation gazière et sa marine de guerre. Peut-être en paie-t-elle le prix en Ukraine ?… 
  
• et, pour finir, les prochains rendez-vous du Parti de la France, et les ralliements de cadres qui se poursuivent un peu partout en France.

 

 

23/03/2015

Résultats des candidats présentés par le Parti de la France aux élections départementales.

ob_09a8fa_logo-pdf.png

 

Candidats du Parti de la France :

Thomas Joly et Monique Thierry – Beauvais 2 – Oise - 2,49 %
Monique Delevallet et Kévin Reche – Calais 2 – Pas-de-Calais - 3,30 %
Katy Basseux et Dominique Slabolepszy – Marly – Nord - 1,72 %
Pierre Deplanque et Dolorès Thomas – La Couronne – Charente - 16,31 %
Dominique Chalard et J-C Perdreau – Pont-du-Château – Puy-de-Dôme - 4,17 %
Patricia Goutay et Dominique Morel – Brassac-les-mines – Puy-de-Dôme - 2,45 %

Candidats soutenus par le Parti de la France :

Jean-Christophe Fiaschi et Valeria Vecchio – Draguignan – Var - 1,62 %
Magali Martinez et Thierry Vermeille – Sorgues – Vaucluse - 5,87 %
Christophe Chagnon et Marie-France Veyret – Échirolles – Isère - 0,84 %