Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/07/2015

Rien ne va plus au Front National

En Paca, des élus FN réclament la «démission» de Florian Philippot

 

ob_55d022_791021-philippot.png

 

Plusieurs conseillers régionaux, dont le 1er vice-président du groupe FN, jugent le numéro deux du parti «responsable de la crise interne» et l'appellent à rendre ses fonctions.

 

Il se présente comme «le plus fidèle lieutenant de Jean-Marie Le Pen en Paca depuis trente ans». Premier vice-président du groupe FN au conseil régional, dont le «Vieux» est président, Jean-Louis Bouguereau réclame la«démission de Florian Philippot». La raison : «Ses actes commis à l’encontre du président d’honneur du Front national». Dans un communiqué publié vendredi matin, l’élu régional attribue au numéro deux du Front national des «fautes politiques et juridiques de nature à compromettre l’unité du parti». En cause : l’offensive de la direction frontiste contre le vieux président d’honneur, récemment interrompue par deux décisions de justice en faveur de Jean-Marie Le Pen.

 

«Jean-Marie Le Pen s’est vu rétabli dans ses droits par la justice, explique Jean-Louis Bouguereau, joint par LibérationOr, Florian Philippot était à l’origine de cette criseDans n’importe quelle organisation démocratique, un homme qui commet de telles erreurs présente sa démission. C’est la seule solution pour rassembler tous les militants qui, notamment en Paca, sont très divisés au sujet de ce conflit». Jean-Louis Bouguereau assure avoir le soutien d’une «large majorité» des vingt élus frontistes au conseil régional de Paca (Provence-Alpes-Côte-d’Azur). Ainsi que de la base militante locale :«Les militants de Paca sont attachés sentimentalement à Jean-Marie Le Pen depuis de nombreuses années. Même les nouveaux venus ont une admiration sans borne pour lui». Et de promettre que d’autres élus de Paca, municipaux et départementaux, pourraient bientôt faire connaître leur soutien au «Vieux».

Cette fronde est-elle due à des frustrations après la distribution des investitures pour les prochaines régionales ? «Un certain nombre savent très bien qu'ils sont en fin de course, qu'ils n'ont pas faire leur job», explique un cadre local du parti. «C’est un argument dérisoire, proteste Jean-Louis Bouguereau. Ceux qui l’utilisent ne se rendent pas bien compte de la réalité de la situation, ils vivent sur un petit nuage rose. En Paca, il y a le feu aux poudres». Et si l’intéressé ne sera pas candidat en décembre prochain, il dit en avoir fait lui-même la demande en raison de ses 71 ans. Il assure enfin avoir publié ce communiqué de sa propre initiative, et non à la demande de Jean-Marie Le Pen qu'il n'aurait d'ailleurs «pas encore prévenu».

«Monsieur Bouguereau devrait se rappeler comment fonctionne le FN, ce n’est pas l’armée mexicaine ici», condamne Frédéric Boccaletti, secrétaire départemental du FN dans le Var. Lui aussi conseiller régional, il s’est récemment vu retirer son titre de secrétaire général du groupe par Jean-Marie Le Pen. «Ceux qui soutiennent cet appel doivent être les mêmes personnes qui s’épanchent sur Facebook contre Marine Le Pen,poursuit-il.C’est très décevant, mais ce n’est qu’un épiphénomène. Jean-Louis Bouguereau ferait mieux de taper sur le PS plutôt que sur Florian Philippot. De toute façon, il ne reste plus qu’une session plénière avant les élections».

Si son ampleur exacte reste à préciser, cette fronde pourrait gêner la campagne de Marion Maréchal-Le Pen, tête de liste en PACA pour les prochaines régionales. Celle-ci doit déjà faire face aux remous provoqués par la désignation de l’ex-UMP Olivier Bettaticomme tête de liste dans les Alpes-Maritimes. Une «ouverture» qui vise à compliquer la tâche de Christian Estrosi, mais que conteste une partie des militants frontistes.

Dominique ALBERTINI

 

 

Source Libération via PDF Puy de Dôme

Les commentaires sont fermés.